Et si vous échappiez à la gastro cette année ?

- Catégories : S'informer Rss feed

Mal de ventre aigu, vomissements, diarrhées sévères et persistantes…vous reconnaissez surement les symptômes d’une maladie fréquente en ce début d’année : la gastro-entérite ! Grande amie de la grippe en cette période hivernale. 

Et si cette année vous faisiez le choix de prévenir plutôt que guérir ? Il est aussi possible d’agir une fois la gastro passée, pour rétablir un bon microbiote. 

Commençons par faire connaissance avec ce trouble saisonnier avant d’identifier les moyens d’action.

Gastro-entérite : qui es-tu ?

La gastro-entérite, ou gastro, est une inflammation de la muqueuse de l’intestin et du tube digestif. Elle peut avoir diverses causes, mais le plus souvent, elle est due à un virus extrêmement contagieux. Chez les adultes, la gastro-entérite virale est généralement liée à un rotavirus ou un norovirus. Chez les enfants et les nourrissons, on aura plutôt des gastro liées à un astrovirus ou à un adénovirus. Tous ces virus sont extrêmement contagieux et ils se propagent par transmission oro-fécale voire par les gouttelettes de salive (en cas de toux notamment ou de postillons). Le simple fait de toucher un objet (poignée de porte, couche souillée,…) ou une personne contaminé  puis de porter les doigts à sa bouche peut suffire à se contaminer.

En hiver, ces virus prolifèrent en raison de conditions favorables. La promiscuité et les pièces moins aérées permettent une transmission plus facile et rapide 

Parmi les autres causes de gastro-entérites, on a également la contamination microbienne (C.Difficile, Campylobacterer, E.Coli…). Ces bactéries assez virulentes se trouvent davantage dans de l’eau « impure »,  des aliments souillés ou insuffisamment cuits (œufs, volaille, produits laitiers surtout). Certains parasites trouvés dans les fruits et légumes mal lavés ou dans certaines viandes mal cuites peuvent aussi déclencher une gastro-entérite.

Les symptômes de la gastro-entérite

Les principaux symptômes sont : nausée, douleur abdominale, vomissement, diarrhée, fièvre, maux de tête voire courbature et fatigue intense. Bien souvent la gastro se manifeste assez soudainement et brutalement, après une incubation silencieuse de 1 à 4 jours. 

Dans le cas d’une gastro-entérite aigüe, vomissements et/ou diarrhées fréquents peuvent engendrer un risque de déshydratation pouvant être dangereuse, surtout chez les nourrissons et les personnes âgées.

La gastro-entérite aigue provoque une dysbiose (déséquilibre de flore) avec perte de la diversité des bactéries du microbiote intestinal qui peut parfois mettre 2 mois pour récupérer. Pendant et juste après la crise de gastro, on observe une augmentation des molécules inflammatoires (cytokines), une altération de la muqueuse intestinale avec augmentation de sa perméabilité. Il est à noter que 30 à 40% des cas de syndrome de l’intestin irritable (SII) font suite à un épisode aigue de gastro-entérite (1)…raison de plus pour les limiter ou au mieux les aborder !

Les bons gestes pour prévenir la gastro-entérite

Avant tout : une bonne hygiène

Cela peut paraitre du bon sens mais ces gestes sont souvent oubliés, alors un petit rappel ne fait pas de mal ! Voici les 5 gestes pour prévenir la gastro-entérite :

• Se laver les mains au savon, régulièrement et systématiquement en sortant des toilettes ou des transports en commun et avant de cuisiner ou de manger. Utilisez un gel hydro-alcoolique en plus si besoin (ou si pas de possibilité de se laver les mains), mais rien de mieux que le bon vieux savon, à condition de le faire méticuleusement.

• En période d’épidémie comme actuellement, évitez au maximum de serrer la main ou faire la bise. 

• Si vous avez des enfants en bas âge, veillez à nettoyer les jouets ou objets qu’ils mettent à la bouche de manière régulière, idéalement au savon, voire avec un peu de vinaigre blanc, surtout en cette période propice.

• Lavez bien vos fruits et légumes ou pelez-les. Qu’ils viennent du marché ou du supermarché, ils ont surement été touchés par d’autres personnes avant vous…

• Faites bien cuire vos aliments, notamment les viandes et les œufs. 

• Aérez au maximum les pièces. 10min chaque jour devrait être un minimum.

Les moyens naturels de se protéger contre la gastro

« Le microbe n'est rien, le terrain est tout » aurait dit Pasteur à la fin de sa vie… Ce terrain, c’est notamment votre système immunitaire, votre microbiote et votre niveau de vitalité. 

J’ai déjà détaillé dans l’article précédent différents moyens naturels permettant de renforcer son immunité. Je n’y reviendrais pas ici mais tous ces conseils peuvent globalement aider pour la prévention des gastroentérites.

En revanche, certains « outils » semblent particulièrement pertinents dans le cas qui nous intéresse. Il s’agit d’une part de la prise de probiotiques, voire de symbiotiques (=pro+prébiotiques) en prévention, d’autre part de la prise de lactoferrine. Cette glycoprotéine issue du lait maternel semble agir à plusieurs niveaux, si l’on en croit les études in vivo et in vitro. Notamment il semblerait que la lactoferrine ait un effet antiviral contre les rotavirus et norovirus (2,3). Elle aurait aussi un effet positif sur l’immunité via la stimulation de production d’immunoglobuline par les cellules intestinales. Elle agirait également via la production de certains lymphocytes T au niveau des tissus lymphoïdes de l’intestin grêle(4).

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez trouver ce trio gagnant probiotique/prébiotique/lactoferrine chez Maxoway en combinant la référence Pro Vital, riche en pré- et probiotiques, avec le Pro Immune, riche en lactoferrine ainsi qu’en reishi, shiitake, maitake, 3 champignons recommandés en Asie pour leurs propriétés immuno-modulatrices.

Comment agir si la gastro est déjà présente ?

Si vous avez déjà (ou que vous attrapez malgré tout) une gastro-entérite, il reste possible d’agir pour moduler sa gravité ou son intensité.

Recommandations alimentaires en cas de gastro-entérite

En général l’appétit n’est pas au rendez-vous en cas de gastro-entérite. Inutile de se forcer, sauf si la crise dure plusieurs jours et que vous êtes déjà en sous-poids ou fragile. Les personnes âgées doivent également veiller à manger un peu pour ne pas se dénutrir. Dans ce cas, opter pour des aliments faciles à digérer et doux pour l’intestin :

• Féculents pauvres en fibres: riz blanc (bien rincé plusieurs fois avant cuisson), pomme de terre vapeur

• Légumes : carotte vapeur, potiron/courge/citrouille ou courgette notamment

• Sources de protéines : poisson blanc vapeur ou papillote, blanc de volaille voire jambon blanc extra frais et sans nitrite

A côté de cela, veillez à bien vous hydrater pour compenser les pertes en eau. Une eau minérale sera pour cela idéale. Il est également possible de faire un bouillon de volaille dégraissé.

Evitez les épices fortes (poivre, piment, moutarde…), le café, le thé noir, l’alcool bien entendu. Les graisses cuites seront également à éviter (mais en général on n’en a pas du tout envie !).

Approches naturelles complémentaires en cas de gastro-entérite

Ne sautez pas de suite sur les médicaments

En cas de gastro-entérite, le premier réflexe est de prendre un anti-diarrhéique ou quelques chose pour baisser la fièvre. Ce n’est pas forcément une bonne idée en première intention. En effet, le corps met en place ses propres stratégies pour éliminer l’ennemi (diarrhées, vomissements et fièvre). En coupant cela, vous risquez de retarder le retour à l’équilibre. Essayez donc d’attendre un peu. Bien sûr si vous voyez que les symptômes sont trop intenses et durent dans le temps, agissez, n’attendez pas de vous déshydrater complétement ni d’atteindre 40°C de fièvre !

Alliés naturels en cas de gastro

Les tisanes sont des remèdes de grand-mère toujours intéressants. Elles permettent de s’hydrater tout en ayant une action directe. La tisane de menthe (fraiche ou sèche mais bio dans tous les cas ou venue du jardin) aidera en cas de douleurs, de spasmes digestifs. La tisane de camomille sera plus apaisante et aura un effet anti-inflammatoire des muqueuses intestinales ou stomacales.

Le charbon actif ou encore l’argile verte (mélangée à de l’eau) pourront aider à capter les toxines et ralentir un peu le transit. L’argile verte aura également des vertus apaisantes au niveau de l’intestin. 

En termes de probiotiques, Lactobacillus GG ou S.Boulardii (Ultra-levure) sont souvent recommandés mais le niveau de preuve reste moyen (5).

En revanche, après la crise il est possible de prendre pro & prébiotiques (Pro Vital de Maxoway aura toute sa place ici !) ainsi qu’une alimentation riche en bactéries vivantes. 

Sources : 

1- IEDM-Echos de la Micronutrition n°58 « Microbiotes, mes 1er amis pour la vie », juillet 2018

2- Effects of Lactoferrin on Prevention of Acute Gastrointestinal Symptoms in Winter: A Randomized, Double-Blinded, Placebo-Controlled Trial for Staff of Kindergartens and Nursery Schools in Japan - PMC (nih.gov)

3- Superti F., Ammendolia M.G., Valenti P., Seganti L. Antirotaviral activity of milk proteins: Lactoferrin prevents rotavirus infection in the enterocyte-like cell line HT-29. Med. Microbiol. Immunol. 1997;186:83–91. doi: 10.1007/s004300050049

4- Wang W.P., Iigo M., Sato J., Sekine K., Adachi I., Tsuda H. Activation of intestinal mucosal immunity in tumor-bearing mice by lactoferrin. Jpn. J. Cancer Res. 2000;91:1022–1027. doi: 10.1111/j.1349-7006.2000.tb00880.x.

5- Salvatore, Silvia. “Use of Probiotics for Management of Acute Gastroenteritis.” Journal of Pediatric Gastroenterology & Nutrition (2014): n. pag. Print.

Partager ce contenu